Plasma froid
atmosphérique


Le plasma est obtenu par excitation d’un gaz via un apport d’énergie produite, par exemple, par une haute tension.

Pour la production de plasma froid atmosphérique, divers principes techniques peuvent être appliqués. Le stylo ActivCellpen intègre des matériaux diélectriques, c’est-à-dire faiblement ou non conducteurs, au moyen desquels des décharges sont transmises à une surface conductrice, telle que la peau humaine.

Le plasma froid ainsi produit est constitué de multiples composants physiques et chimiques. C’est donc la combinaison de ces différents composants qui est à l’origine de l’efficacité clinique.

Les courants électriques générés étant de faible intensité, la technologie est bien tolérée par les patients en cas d’usage conforme.

Mode d’action du plasma froid

Possède des propriétés antimicrobiennes

Les espèces réactives du plasma froid atmosphérique ont des propriétés antimicrobiennes. Leur mécanisme d’action oxydative non spécifique rend impossible le développement d’une résistance. Le plasma froid est donc actif contre les micro-organismes multirésistants tels que le staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM).

Utilisation de la technologie du plasma froid en médecine

Le plasma froid a une température inférieure à 40 °C et est bien toléré par les tissus. Par conséquent, ce type de traitement convient particulièrement bien aux surfaces corporelles. Pour ce faire, on utilise les propriétés oxydatives des espèces réactives contenues dans le plasma froid. En médecine humaine, le plasma froid est d’ores et déjà largement utilisé dans le traitement des plaies, et de nombreuses études ont démontré son efficacité. Dans les plaies chroniques en particulier, l’effet antimicrobien du plasma froid et l’amélioration qui en résulte de l’environnement cicatriciel permettent d’améliorer la cicatrisation. La rapidité d’action et la bonne tolérance de ce traitement contribuent à son excellente acceptabilité.

Bibliographie complémentaire

D’autres mécanismes d’action du plasma froid sur les plaies sont examinés dans la littérature scientifique, dans lesquels des composants secondaires réactifs du plasma ont des effets physiologiques aidant la cicatrisation, p. ex.

  • Metelmann et al. (2016) Plasmamedizin. Springer Verlag.
  • Schmidt, A. et S. Bekeschus (2018). « Redox for Repair: Cold Physical Plasmas and Nrf2 Signaling Promoting Wound Healing. » Antioxidants (Bâle) 7(10).
  • Bekeschus, S., T. von Woedtke, S. Emmert et A. Schmidt (2021). « Medical gas plasma-stimulated wound healing: Evidence and mechanisms. » Redox Biol 46: 102116.